Logo du CNRS Logo du Consortium Européen de Recherche Politique Logo du collège doctoral européen  Logo de l'Université Lille 2

           

Logo du Ceraps

 

Ecole d'été de Lille
en Méthodes Quantitatives des Sciences Sociales

Organisée par Jean-Gabriel Contamin et Emmanuel Pierru

 

 

 

 

 

 

Pour télécharger
le dossier d'inscription 2011
: ici

 

Pour télécharger
l'affiche 2011 :

Affiche de l'école d'été de Lille en Méthodes quantitatives en sciences sociales 2010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Programme 2011


En 2011, l'école d'été de Lille aura lieu du jeudi 30 juin au matin au jeudi 7 juillet dans l'après-midi.

Elle sera organisée autour de deux modules :
- l'un sur "Séquences, trajectoires, carrières
- l'autre intitulé "Articuler analyses factorielles et analyses de régression

Chaque module regroupe au plus 20 participants. Les deux modules se déroulent en parallèle. Les participants doivent donc choisir l'un ou l'autre des modules. Les enseignements ont lieu exclusivement en français.

Un repas de début de formation est offert aux participants le 30 juin à midi. Un repas de fin de formation leur est offert le 6 juillet au soir. Un petit déjeuner 'minimal' est proposé tous les matins.

 

MODULE n°1 : SEQUENCES, TRAJECTOIRES, CARRIERES

(co-organisé avec Claire Lemercier)

Présentation :

Dans les années 1980, Andrew Abbott propose l'introduction en sciences sociales de méthodes d'analyse descriptive et typologique de séries ordonnées d'états qu'il emprunte à la biologie et nomme « analyse de séquences ». Celles-ci doivent notamment permettre de prendre en compte la diversité des itinéraires mis au jour en sociologie des professions. À travers différentes collaborations, Abbott démontre que cette méthode d'analyse peut aussi s'appliquer à des séquences d'ordres tout à fait différents, comme celles des pas dans des danses traditionnelles ou des parties dans des articles de recherche.

Ces propositions issues de la sociologie sont contemporaines d'un regain d'intérêt bien plus général, dans toutes les sciences sociales, pour les notions de processus, de séquences, de trajectoires, de carrières, et plus généralement pour les données longitudinales. Il s'agit par exemple de l'intérêt croissant porté aux processus d'engagement et de désengagement en science politique, ou encore des discussions sur la biographie et la prosopographie menées entre autres dans le sillage de la micro-histoire. Cet intérêt pour le longitudinal a été facilité par la mise au point d’outils informatiques libres qui proposent à la fois une grande facilité d'utilisation et de nouveaux types d'analyses statistiques et de représentations graphiques.

Cette formation aura pour vocation de former les étudiants à ces problématiques et à ces techniques d’analyses de séquences qui ont été très largement développées par des spécialistes français et suisses. Sur le plan pratique, les participants sauront, à l'issue de l'école thématique, utiliser de façon autonome les fonctionnalités de TraMineR et connaîtront une palette d'outils complémentaires permettant également de traiter de séquences. Sur le plan théorique, la confrontation des outils et des terrains et la discussion précise des nombreux choix à faire pour ce type d'analyse permettra de préciser quels sont les enjeux d'une approche en termes de séquences, trajectoires ou carrières par rapport à des traitements plus classiques (analyse factorielle, régression, modèles de durée...).

NB : Les méthodes présentées sont applicables à des séquences d'états ordonnées dans le temps, que l'échelle d'analyse soit plus proche de l'heure ou du siècle, qu'il s'agisse de parcours individuels, collectifs ou organisationnels, ou encore de séries de gestes, parties de discours, etc.

Les participants seront invités à apporter une copie de leurs données de recherche : un atelier sera organisé pour que chacun.e travaille sur ses données.

Pré-requis : Cette école thématique s'adresse à des personnes ayant un minimum de pratique d'un logiciel de statistique généraliste (R, SAS, Stata, SPSS...) et/ou n'ayant pas cette expérience mais n’ayant pas peur de travailler (de façon bien sûr guidée) en « ligne de commandes ». Avoir déjà utilisé R n'est pas obligatoire : les bases requises seront données pendant les premières séances. Toutefois, pour ceux et celles qui n’auraient aucune expérience de ce logiciel, il serait bon de jeter un œil avant l’école, voire avant l’inscription, sur un manuel introductif, afin de s’en faire une petite idée. Par exemple, en français, l’Introduction à R de Julien Barnier (écrite pour les sciences sociales), http://alea.fr.eu.org/pages/intro-R ou le manuel des PUR Statistiques avec R, de Pierre-André Cornillon et al. Le manuel de TraMineR, très pédagogique mais en anglais, est également accessible en ligne et complété par des présentations plus courtes en français : http://mephisto.unige.ch/traminer/documentation.shtml


Intervenants :

Philippe Blanchard (Université de Lausanne), Olivier Fillieule (Université de Lausanne), Alexis Gabadinho (Université de Genève), Yvette Grelet (CEREQ, Université de Caen et CMH), Claire Lemercier (CNRS, CSO), Laurent Lesnard (CNRS, OSC et INSEE, CREST), Nicolas Robette (INED et Universita Bocconi), Patrick Rousset (CEREQ), Matthias Studer (Université de Genève), Danièle Trancart (Université de Rouen et CEE).

Programme définitif :

 

Jours

Enseignants

Objet

Jeudi 30 juin matin

Alexis Gabadinho
et Matthias Studer

Introduction à l'analyse de séquences
Introduction à R
Mise en forme des données longitudinales
Visualisation et mesures descriptives d'ensembles de séquences
Mesures de distances entre séquences
Construction de typologies
Analyse de dispersion d'ensembles de séquences (test d'hypothèses)

Jeudi 30 juin après-midi

Vendredi 1er juillet matin

Vendredi 1er juillet après-midi

Samedi 2 juillet matin

Lundi 4 juillet matin

 

Alexis Gabadinho
et Matthias Studer (assistés par d’autres intervenants de la semaine)

Travail sur les données des participants

Lundi 4 juillet après-midi Claire Lemercier Analyser des séquences à partir de sources écrites

Mardi 5 juillet matin

Laurent Lesnard

Application à l'étude de la désynchronisation dans les couples
Discussion du choix des paramètres des méthodes d’appariement optimal

Mardi 5 juillet après-midi

Danièle Trancart

Une application à l'étude des trajectoires professionnelles à partir de l'enquête nationale Santé et Itinéraires Professionnels de la DRESS et de la DARES

Mercredi 6 juillet matin et après-midi

Philippe Blanchard
et Olivier Fillieule

Analyse multiséquences des carrières militantes

Jeudi 7 juillet matin

Yvette Grelet

Construire des typologies de parcours, un processus à plusieurs étapes

Jeudi 7 juillet après-midi

Patrick Rousset

Choix de distance et dynamiques temporelles
Typologies et cartes d'auto-organisation (cartes de Kohonen)

  

 

MODULE n°2 : ARTICULER ANALYSES FACTORIELLES ET ANALYSES DE REGRESSION

(co-organisé avec Philippe Cibois et Jérôme Deauvieau)

Présentation :


Ce module a pour ambition de prolonger les thématiques présentées lors de deux modules proposés en 2008 et 2009 : l’un portant sur les analyses factorielles ; et l’autre sur les modélisations statistiques en sciences sociales. A l'issue de ces deux dernières années, de nombreux participants ont manifesté un grand intérêt pour une approche conjointe de ces deux familles de méthodes, à savoir les analyses factorielles (ACP, ACH, ACM) et les analyses de régression (linéaire et logistique).

Contre la tendance à présenter ces méthodes comme antagonistes, de nombreuses recherches récentes, dans des disciplines variées (géographie, sociologie, histoire, science politique) ont montré tous les profits méthodologiques à retirer d'une approche combinée de ces deux familles de méthodes pour exploiter intensivement des fichiers de données quantitatives.

Il s’agit donc précisément de proposer un module spécifiquement centré sur l'enchaînement et les combinaisons de ces deux types de méthodes d'analyse des données, qui permettent tout à la fois de synthétiser un grand nombre de questions autour de quelques variables nouvelles et de tester le poids "toutes choses égales par ailleurs" de ces variables par rapport à d’autres variables.

Cet ensemble de deux méthodes couplées peut donc être utile à tout chercheur ayant à dépouiller une enquête. Ce couplage ne suppose pas une connaissance des théories mathématiques qui sont sous-jacentes à ces méthodes. Il peut être fondé sur une expérimentation contrôlée, un savoir faire forgé par la pratique faite en atelier. C’est précisément ce que cette formation souhaiterait proposer.

Niveau en statistique requis : connaissances de base en analyse tabulaire.

 
Intervenants :

Bruno Cautrès (politiste, CNRS-Cevipof), Philippe Cibois (sociologue, Printemps, Versailles-Saint-Quentin), Jérôme Deauvieau (sociologue, Printemps, Versailles-Saint-Quentin), Séverine Gojard (sociologue, INRA), Emmanuel Pierru (politiste, CNRS-CERAPS),  Jean Rivière (géographe, Université de Caen), Claire Zalc (historienne, CNRS-IHMC)



Programme provisoire : 

 

Jours

Enseignants

Objet

Jeudi 30 juin
matin

Jérôme Deauvieau

L'articulation entre ACM et régression logistique en sciences sociales

Jeudi 30 juin
après-midi

Jérôme Deauvieau

Principes et mise en oeuvre de l'analyse des correspondances multiples en sciences sociales

Vendredi 1er juillet
matin

Jérôme Deauvieau

Principes et mise en œuvre de la régression logistique

Vendredi 1er juillet
après-midi

Jérôme Deauvieau

Articuler ces deux méthodes dans une démarche de recherche   

Samedi 2 juillet
matin

Emmanuel
Pierru

Exemples pratiques de modes d’articulation

Lundi 4  juillet
matin

Séverine Gojard

La complémentarité entre analyses factorielles et régressions étayée par des exemples empiriques

Lundi 4 juillet
après-midi

Séverine Gojard

Séance pratique sur poste informatique

Mardi 5 juillet
matin

Jean Rivière

Réaliser des ACP et des régressions sur des individus statistiques géographiques : l’intérêt des représentations cartographiques pour l’analyse statistique 

Mardi 5 juillet
après-midi

Jean Rivière

Séance pratique sur poste informatique

Mercredi 6 juillet
matin

Claire Zalc

Peut on modéliser la persécution ? Mises à l’épreuve de différentes méthodes à partir d’une approche prosopographique

Mercredi 6 juillet
après-midi

Claire Zalc

(suite)

Jeudi 7 juillet
matin

Bruno Cautrès

Les usages complémentaires de l’analyse des correspondances et de l’analyse de régression (linéaire ou logistique) : mieux comprendre la qualité des modèles et mieux modéliser les paramètres estimés

Jeudi 7 juillet
après-midi

Bruno Cautrès

(suite et bilan)

 

 

dernière modification : 23/05/2011